MagouKa-Blog

www.magouka.com

Vivere memento
(Theophile Gautier)

(Source : Spotify)

Croix de Bois, Croix de Fer, je mens mais je suis déjà en Enfer! Montreuil

Croix de Bois, Croix de Fer, je mens mais je suis déjà en Enfer! Montreuil

Réparons la cantine de Mireille avec la Police ! Bagnolet

Réparons la cantine de Mireille avec la Police ! Bagnolet

Fausse guinguette. Bar des Sports. Montreuil

Bing bing

L’humanité ne supporte pas la pensée que l’homme est né par hasard, par erreur, seulement parce que quatre atomes insensés se sont tamponnés sur l’autoroute mouillée. Et alors, il faut trouver un complot cosmique, Dieu, les anges ou les diables.

Le pendule de Foucault. 1988. Extrait
Umberto Eco.Grasset

L’arbre qui cache la forêt de briques. Montreuil

L’arbre qui cache la forêt de briques. Montreuil


NON AUX EXPULSIONS de Graffitis près des rectangles noirs! Montreuil

NON AUX EXPULSIONS de Graffitis près des rectangles noirs! Montreuil

Le Casse. Henri Verneuil.
Jean-Paul Belmondo & Omar Sharif

Balconite chronique. Montreuil

Balconite chronique. Montreuil

Les Blancs Commencent!. Montreuil

Les Blancs Commencent!. Montreuil

Carmencitas de Faubourg

Il existe près des écluses
Un bas quartier de bohémiens
Dont la belle jeunesse s’use
À démêler le tien du mien
En bande on s’y rend en voiture,
Ordinairement au mois d’août,
Ils disent la bonne aventure
Pour des piments et du vin doux.

On passe la nuit claire à boire
On danse en frappant dans ses mains,
On n’a pas le temps de le croire
Il fait grand jour et c’est demain.
On revient d’une seule traite
Gais, sans un sou, vaguement gris,
Avec des fleurs plein les charrettes
Son destin dans la paume écrit.

J’ai pris la main d’une éphémère
Qui m’a suivi dans ma maison
Elle avait des yeux d’outremer
Elle en montrait la déraison.
Elle avait la marche légère
Et de longues jambes de faon,
J’aimais déjà les étrangères
Quand j’étais un petit enfant !

Celle-ci parla vite vite
De l’odeur des magnolias,
Sa robe tomba tout de suite
Quand ma hâte la délia.
En ce temps-là, j’étais crédule
Un mot m’était promission,
Et je prenais les campanules
Pour des fleurs de la passion.

À chaque fois tout recommence
Toute musique me saisit,
Et la plus banale romance
M’est éternelle poésie
Nous avions joué de notre âme
Un long jour, une courte nuit,
Puis au matin : “Bonsoir madame”
L’amour s’achève avec la pluie.

Le Roman Inachevé.
Louis Aragon. 1956. Gallimard

"S". Montreuil

"S". Montreuil

Partis sans laisser d’adresse. Montreuil

Partis sans laisser d’adresse. Montreuil

La Diagonale du Fou. Montreuil

La Diagonale du Fou. Montreuil

Desproges en mode Debord

La télévision, d’Etat ou pas, c’est quand Lubitsch, Mozart, René Char, Reiser, ou n’importe quoi d’autre qu’on puisse soupçonner d’intelligence, sont reportés à la minuit pour que la majorité puisse s’émerveiller dès 20 heures 30, en rotant son fromage du soir, sur le spectacle irréel d’un béat trentenaire figé dans un sourire définitif de figue éclatée, et offrant des automobiles clé en main à des pauvresses arthritiques sans défense et dépourvues de permis de conduire.

Fonds de tiroir. Pierre Desproges

blog comments powered by Disqus